ARTEO architectures
22 avenue Jean Aicard
75011 Paris

arteo@arteo.fr

Tel 01 40 21 04 52

  • White LinkedIn Icon
  • White Instagram Icon

webdesing/webmaster @foucauld Combeléran

1/3

SEINE

Colombes 92

Maître d’ouvrage : SIAPP

SHON : 2591 m²

Coût : 7.9 M€ HT

Livraison :  Concours 2000

Assicié à R.Pierard

RETOUR

Cité de l'Eau
Scénographie et exposition permanente sur l’écosystème des métiers de l'assainissement

Le projet s’inscrit dans le cadre de la construction de la nouvelle usine de traitement des eaux de Colombes. La réhabilitation de l’ancienne halle des machines  de la fin du XIXème abrite l’exposition permanente de la « Cité de l’eau et de l’assainissement ».

 

Le parti scénographique instaure trois niveaux de perception de l’eau, du plus abstrait au plus concret.

 

- En mezzanine, le mitan de la rivière, évocation sensorielle et poétique où les émotions l’emportent sur les explications.

A ce niveau, on déambule sur l’eau pour ressentir des ambiances : la présence des végétaux, les chants d’oiseaux, les bruissements d’insectes, la vision d’un arc-en-ciel et le clapotis de gouttes de pluie bien réelles plongent le visiteur dans un milieu évocateur de la relation sensible que l’homme entretient avec l’espace naturel de la rivière.

 

- Au rez-de-chaussée, le territoire de la Seine, découverte d’une réalité concrète,  est un espace que l’on arpente en quête d’informations.

Ce niveau principal de l’exposition représente un territoire géographique immédiatement identifiable grâce aux montages des photographies IGN imprimées au sol. Les séquences d’exposition, scandées par les quatre aquariums, suivent logiquement le cours du fleuve, depuis sa source jusqu’à l’estuaire. Ici, plusieurs dispositifs muséographiques se conjuguent : isoloirs en forme de bulles d’eau, bornes d’information en forme de pipettes, bassins de manipulations etc …

 

- En sous-sol, le transport des eaux usées est une reconstitution spectaculaire à échelle 1, de ce qui, littéralement, se trouve sous la ville.

Ici aussi, la métaphore d’une décomposition en strates joue à plein puisqu’il faut descendre d’un niveau sous la ville, pour découvrir son réseau invisible.