1/2

BRUNOY

Brunoy 91800

RETOUR

Réhabilitation thermique de 112 logements
Construction de 32 logements 
Residentialisation et traitement paysager
sur le domaine de Comte de Provence
pour Toit et Joie

Maître d’ouvrage :

TOIT ET JOIE Groupe Poste Habitat
Coût :    7 M€ HT

Livraison: 2021
Mission: MOP + diagnostic + OPC
  

vue du ciel de la parcelle sud du parc et ses logements entouré de leur parkings

Plan du parc de Brunoy extraite des Jardin anglo - chinois de Lerouge 1776-1779

1- L'HISTOIRE

Forme Urbaine et Paysagère

Le terrain de la résidence Toit et Joie à Brunoy est issu d’un vaste ensemble paysager, le domaine du Comte de Provence, frère de Louis XV. Au 18ème siècle, c’est un parc d’agrément comportant des grands tracés autour du « vieux château » ou encore du « Petit château », ponctué par des pièces d’eau, des fabriques ou Folies. Après la Révolution, le domaine est progressivement morcelé en villégiatures bourgeoises comme la Villa Lionet, aujourd’hui muséum d’histoire naturelle. Dans sa partie sud, le très grand parc a été tronqué pour dégager une bande occupée aujourd’hui par les immeubles de logements de Toit et Joie donnant sur la rue des Godeaux.

S ’inscrivant dans une réflexion globale portant sur le développement et le devenir de Brunoy, la commune a déterminé une aire de mise en valeur de l’architecture et du patrimoine (AVAP) en cohérence avec le PLU : les orientations patrimoniales fortes doivent mettre en valeur les éléments bâtis et paysagers hérités du Comte de Provence et de Montmartel (bâti, traces de jardins, murs, sol, etc..). Sont concernées par cette AVAP les emprises comme la Villa Lionnet ou Petit Château , et la Villa des Sources.

La vue aérienne nous permet de reconnaître l’organisation paysagère et le jeu des tracés hérités des parcs qui marquent aujourd’hui encore fortement les lieux ainsi que la proximité avec la forêt de Sénart.

Le groupe immobilier construit en 1974 à la frange du parc est conçu en rupture avec le contexte urbain et paysager originel. Le plan masse est le fruit d’une organisation entièrement dédiée à l’automobile. L’entrée dans le site et l’accès aux logements se fait par la traversée peu attractive des parkings qui occupent la partie sud le long de la rue des Godeaux. Les surfaces végétalisées sont renvoyées sur l’arrière du terrain et sont peu utilisées par les habitants aussi bien en termes d’agrément que de jouissance : les séjours sont par exemple systématiquement orientés vers les parkings.

2. LE PROJET

Le parti urbain

 

Nous proposons de retrouver une organisation inspirée du parc suivant des tracés contemporains, dans la continuité et dans l’esprit des deux domaines jouxtant l’opération (Petit château, et Villa des sources). Il ne s’agit plus seulement de maintenir les vestiges des lieux mais de renaturer les sols et de les rattacher à nouveau aux domaines limitrophes.

Les parkings et les voiries, dimensionnés au plus juste, seront implantés à l’arrière du terrain en contrebas le long du mur de clôture. Ils disparaissent à la vue et libèrent toute la parcelle pour un traitement paysager de qualité.

L’implantation des bâtiments sur la parcelle aujourd’hui ne dégage pas d’espaces structurés : par contre, les logements actuels n’ont pas de vis-à-vis et bénéficient d’une vue dégagée à conserver.

Les nouvelles constructions vont permettre de restructurer les espaces : compactes, elles contribuent à limiter l’artificialisation des sols.

La création de logements neufs en deux constructions distinctes: 

- Un premier petit bâtiment de 4 logements s’adosse au pignon d'un bâtiment Existant. Cette extension prolonge le bâtiment D4 de façon à offrir un front bâti sur la rue des Godeaux et refermer une cour ou place formant l’entrée principale du site.

- Un deuxième bâtiment de 16 logements sur pilotis est implanté au nord-ouest du terrain en utilisant le modelé naturel du sol. Le bâtiment profite de la topographie existante de talweg pour aménager des accès au RDC haut et en rez de jardin où l’on trouve des locaux communs.

Plan masse existant: les logements entourés de leurs parkings

Le nouveau plan masse propose de renaturer le sol et de retrouver l'esprit des anciens tracés des jardins du Comte de Provence

Utiliser la topographie pour effacer voirie et voitures

Traitement architectural

 

Le choix est de conserver une unité de traitement architectural entre la réhabilitation et les parties nouvellement créées.

Les nouvelles façades de la réhabilitation et les nouvelles constructions sont en bois. Ce parti pris a été retenu pour répondre à plusieurs objectifs : il permet d’insérer les bâtiments dans l’esprit du parc, d’utiliser des matériaux biosourcés et recyclables, d’organiser un chantier court à faibles nuisances en filière sèche, d’envisager une préfabrication poussée. Le bois sera choisi dans une optique de durabilité et de recherche de circuit court. Il permettra de répondre aux objectifs de la RT 2020 qui introduit les notions de cycle de vie des matériaux et de bilan carbone.

Confort d'été : Une grille solaire, ventilation transversale

Confort d'hiver : Un manteau de bois biosourcé

La réhabilitation

 

Enveloppe:

Les façades des bâtiments sont constituées de panneaux composites présentant des problèmes d’étanchéité et d’infiltration ne permettant pas d’assurer le confort d’été et le confort d’hiver.

Ces panneaux sont entièrement à déposer. Pour assurer le chantier en site occupé, ces panneaux seront remplacés par des panneaux modulaires préfabriqués en bois, disposés devant la structure béton existante de façon à remplacer extrêmement rapidement la façade avec un minimum de finitions intérieures. Ils sont composés de lames de bois croisées et d’un remplissage en laine de roche ou fibre de bois.

Réhabilitation: Existant

Réhabilitation: Projet

Unité architecturale entre les bâtiments réhabilités et neufs 

la construction neuve

 

Bâtiment F de 16 logements :

C’est un bâtiment mécano en charpente bois, poteaux poutres et panneaux modulaires bois. Il est démontable, modulable, réversible et recyclable. Les menuiseries sont constituées d’ouvrants en bois.

Construit sur pilotis, son impact est minimal en termes d’imperméabilisation du terrain et il respecte la topographie existante.

Chaque appartement bénéfice de deux orientations minimum et s’ouvre sur une large terrasse  qui permet de profiter de surfaces extérieures et des différentes vues sur le parc et la forêt.

Des stores  protègent les loggias du rayonnement solaire, et font office de filtre d’intimité. Le confort d’été est aussi assuré par la ventilation naturelle facilitée par La multiplicité des orientations.

Bâtiment D5 de 4 logements : de conception identique au bâtiment F, il vient en continuité du plot D1. Le traitement architectural assure la continuité entre le bâtiment réhabilité et la construction neuve en extension.

Un bâtiment compact libère le sol

Le traitement paysager

 

Le parti pris paysager permet de retrouver les caractéristiques identitaires des grands domaines de la ville de Brunoy. Le terrain est rendu majoritairement à la nature.

Les parkings existants disparaissent, le stationnement est relégué en périphérie. La topographie permet de redessiner un jeu de plateaux et de talus afin d'intégrer en pied de talus la voie d'accès et les places de parking. Elles sont en matériaux perméables et minimisent ainsi l’impact visuel et le vocabulaire routier.

Les voiries sont dimensionnées au strict minimum, les bordures sont en pose arasée, le revêtement des places en Evergreen. L’implantation des stationnements permettra de faire évoluer sans bouleversement majeur le Parc et de récupérer l’espace inutilisé au profit des espaces verts, l’usage de la voiture particulière étant amené à diminuer d’année en année.

Pour des raisons économiques, seule la couche supérieure des voiries existantes est déposée. Ces voiries sont ensuite rechargées avec de la terre végétale sur un géotextile drainant et sont percées uniquement pour les fosses d’arbres ou les plantations le nécessitant.

 

Ce grand parc se développe en pente entre la rue des Godeaux et le mur de clôture. Il est traversé par des allées piétonnes qui serpentent dans de larges pelouses plantées de bosquets d'arbres et de massifs de plantations en pied de bâtiment. On retrouve ainsi l'organisation spécifique des propriétés alentours, composées de bâtiments d'habitation (demeures) dans un écrin de verdure ponctué d’évènements (fabriques).

C’est un parc du vivre ensemble : lieu de convivialité, de rencontres autour d’activités comme le potager, les jeux pour les enfants. C’est également un parc d’agrément avec le verger, le bassin ou la grande pelouse.

ARTEO architectures
22 avenue Jean Aicard
75011 Paris

arteo@arteo.fr

Tel 01 40 21 04 52

  • White LinkedIn Icon
  • White Instagram Icon

webdesing/webmaster @foucauld Combeléran